Cordoba.

Une ville au plein centre de l'Argentine, idéalement située pour le commerce et pour relier les quatre points cadrinaux. Lieu choisi par les Jésuites au 17e siècle pour en faire la capitale de leur province. On ne croise plus dans les rues de jésuites à proprement parler mais la ville est imprégnée de leur passage avec un centre ville particulièrement riche d'édifices tels que l'université ou l'église attenante. Il y a également une concentration de musées, d'églises, de places, de batiments (le Cabildo, le Palacio Ferreyra,...) , de jardins (Parque Sarmiento), qui magnifient l'ensemble. En revanche, Cordoba a probablement souffert d'une urbanisation accélérée et la diversité des architectures : moderne et ancienne, ne se complètent pas et donne plutôt un ton de cacophonie à l'ensemble. Autant rester dans le centre ou sortir carrément de Cordoba pour aller découvrir les Sierras (campagne avec des collines traversées de cours d'eaux), visiter la maison d'enfance de Che Guevara à Alta Gracia ou encore une ou deux estancias jésuites.

Cordoba a aussi été l'ocasion de vivre 48h au coeur d'une famille argentine  (Mariana et Pancho) avec qui j'ai été mis en contact par Alix une amie. M'ayant adopté comme leur fille, il m'ont fait découvrir les Sierras, fait visiter Alta Gracia, reçu chez eux, et j'ai passé une journée avec Martina, leur fille de 17 ans à arpenter les rues du coeur historique de Cordoba. J'ai fini ma journée chez la grand mère maternelle, Chichi, avec qui j'ai refait le monde avant de reprendre mon bus pour Mendoza.

Mon passage à Cordoba a été une immersion complète bien agréable dans la culture argentine . Il est temps de filer plein ouest pour me rapprocher du Chili et découvrir enfin la réputation de cette région viticole de Mendoza.  

 

Mendoza

En plus d'une région de culture de la vigne et des olives, je découvre une ville absolument charmante où j'aurai plaisir à poser mes valises pendant 4 jours. Ici je n'ai pas l'intention de courir d'excursion en excursion mais plutôt de profiter de la ville (j'ai un peu ma dose de transport pour le moment) et de la route des vins à vélos. Route des vins qui n'est pas la route des vignes comme chez nous! Pour accéder aux bodegas, vous ne traversez pas les vignes, mais vous prenez la route nationale... Autant dire que ça perd un peu de son charme et de son calme... mais le vin et la découverte de nouveaux cépages que l'on ne cultive pas en Europe (le bonarda par exemple) viennent rééquilibrer la balance. Ici les dégustations ne sont pas des initiations à l'oenologie mais littéralement des verres des différents vins... Les emapanadas sont les bienvenues pour venir absorber un peu de tout ce vin qui certes est plus que bon mais vous monte à la tête! Les paysages, lorsque vous quittez la route nationale, sont tout de même charmants avec des vignes hautes (ici ils les cultivent à 2m de hauteur), des oliveraies, au loin les montagnes et sommets enneigés, et ici et là des perruches. Quant à la ville elle-même, c'est à mes yeux un havre de paix. Fortement détruite au milieu du 19e siècle par un tremblement de terre, la ville est repensée et reconstruite avec de larges avenues arborées, des batiments dépassant rarement 3 étages, de jolies places, quelques belles églises, des azulejos un peu partout en ville, de beaux palmiers... C'est aéré et on s'y sent bien. Le Parque San Martin est un gros poumon de verdure longeant tout un pan de la ville où famille et touristes ont plaisir à venir flaner, pique-niquer. Un peu l'esprit du bois de Boulogne avec ses clairières, ses bosquets, ses plans d'eau...

A Mendoza, j'aurai fait un bout de chemin avec des néo zélandais, des hollandais, le royaume uni, l'australie,... mais aussi 3 français avec qui j'ai beaucoup partagé : Matthieu (qui cherchait du boulot sur place), Sophie (avec qui j'ai passé le week-end) et Déborah (avec qui j'ai passé la soirée du dimanche). C'est ça aussi le voyage : les rencontres et les échanges avec des inconnus au départ et des bons compagnons de route au final.

Sur ce, il est temps de sauter dans mon bus direction Santiago du Chili. La route est réputée comme étant spectaculaire, et je confirme! Entre les paysages grandioses et le passage de cols suivi de routes sinueuses à travers la montagne, il faut avoir le coeur bien accroché! C'est ouf!! 

--> quelques nouvelles photos dans le dossier "Argentine"